Le réseau à l’honneur : Grand Sud

par | 20/06/19

PCR Grand Sud: un séminaire de printemps au programme éclectique

Le 10 mai 2019, le Président élu de l’Association PCR Grand Sud, Aurélien Texier, recevait au sein de l’Hôpital d’Orange (84) où il exerce, le 24ème séminaire de formation de l’Association.

Après quelques mots de bienvenue, il donnait la parole au Vice-Président Bruno Benque pour la chronique habituelle dédiée aux actualités des réseaux, de la CorPAR et de la radioprotection en général. Ont été évoqués à cette occasion l’Arrêté du 20 février 2019 relatif aux informations et recommandations sanitaires liées au Radon à diffuser à la population (immeubles bâtis) ainsi que l’Arrêté du 26 février 2019 relatif aux modalités de gestion du radon dans les établissements recevant du public.

réunion réseau Grand Sud

 Il présenta également “Les essentiels de l’ANDRA”, le recueil statistique de la production de déchets radioactifs, ainsi que le Rapport IRSN sur l’exposition des enfants en 2016 comparé à 2010.

 

Le Radon, la star du printemps 2019

C’est ensuite Frédéric Sarradin, chercheur au Laboratoire Algade, qui est intervenu au sujet des nouvelles dispositions législatives relatives au Radon. Après un bref historique, au cours duquel il a décrit notamment les processus radonthérapie pour les inflammations chroniques au début du XXème siècle, il a rappelé que le Radon, avec ses 1,43 mSv, représentait 50% de l’irradiation naturelle, un chiffre qui s’avère supérieur à 10 mSv dans certaines régions de l’Inde ou du Brésil. Il a également expliqué le mode de diffusion de ce gaz, soluble dans l’eau dans l’eau, dans les caves et les rez-de-chaussée des bâtiments. 

Il a enfin retracé l’évolution réglementaire. Les lieux ouverts au public étaient seulement concernés en 2004, puis les industries manipulant des radionucléides naturellement renforcés (RNR) en 2005, jusqu’en 2008 où la surveillance dans les lieux de travail souterrains comme les cavités touristiques a été mise en place. En 2018 enfin, le code du travail limitait à 6mSv par an pour le Radon seul la dose dans lieux de travaux en souterrain et rez-de-chaussée. Dans les lieux de travail, il s’agit d’évaluer le facteur d’équilibre. Ainsi, pour une irradiation de 500 Bq par m3 pendant 1000 heures d’exposition, une bonne ventilation génèrera une dose efficace de 0,78 mSv quand une mauvaise ventilation génèrera 3,2 mSv.

Un travail scientifique sur l’évaluation des contaminations surfaciques

Mélodie Meunier (Fibermetrix) a présenté ensuite un système de mesure directe de la dose patient au scanner. Ce dispositif Iviscan est capable de réaliser une dosimétrie en temps réel aux moyens d’une fibre optique scintillante, de façon automatique et de déterminer le débit de kerma avec une haute précision sur la totalité de la surface des barrettes. Un boîtier fixé sur la table d’examen envoie ensuite les informations sur une station en wifi, pour une action sentinelle et une détection dosimétrique continue.

réunion réseau Grand Sud

Christelle Marie, membre du bureau PCR Grand Sud, a pris alors la parole pour présenter l’étude qu’elle a réalisé sur les limites de la détection dans le cadre de la contamination surfacique. Ce travail, réalisé lors de son stage de Master chez Veolia, avait pour but l’étude de la contamination surfacique sur le personnel et le matériel sur un chantier. Les Techniciens Qualifiés en RadioProtection (TQRP) utilisent pour cela un contaminomètre et des frottis notamment pour effectuer leurs mesures.

 La journée s’est terminée par une présentation de Dositrace, le système de dosimétrie patient Biomediqa.

Rendez-vous pour le 25ème Séminaire PCR Grand Sud à la rentrée, certainement le 27 septembre 2019 (lieu à confirmer).

Derniers articles

Prochains évènements

  1. 4èmes Rencontres dans le domaine médical

    19 novembre 2019
  2. Réunion RADIRS

    21 novembre 2019
  3. Conseil Administration CoRPAR

    26 novembre 2019
  4. Rencontre R2 Nord

    6 décembre 2019