Une Coordination pourquoi faire?

La coordination nationale (Coordination des Réseaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection : CoRPAR), réunie pour la première fois en Octobre 2011, est devenue un interlocuteur représentatif au niveau national.

 

Fin 2010, courant 2011, les animateurs de réseaux ont ressenti le besoin de se coordonner. Avec le soutien actif de l'ASN et de la DGT, une telle coordination a vu le jour fin 2011 et se réunit de façon pleinière deux fois par an depuis lors. Les techniques actuelles de communication permettent de nombreux autres échanges.

 

Depuis 2011, la CoRPAR a vu son rôle se préciser.

Initiallement il s'agissait demutualiser les expériences de chacun :

-     ainsi la lettre bimensuelle d’information sur l’évolution du contexte de la radioprotection, du réseau Grand Ouest est reprise ou diffusée par tous les autres réseaux,…

-      les programmes des journées d’un réseau nourrissent la réflexion des autres réseaux lors de la préparation de leurs propres journées.

Courant 2012, puis ultérieurement la CoRPAR se retrouveêtre, suite à ses prises de position, un interlocuteur représentatif reconnu par les institutions en charge de la radioprotection. Nous n’en prendrons ici que deux exemples :

  1. Après consultation des membres des réseaux, la coordination a pris en Avril 2012 une position unanime réclamant l’accès complet des PCR aux données dosimétriques tant externes qu’internes. Cette prise de position a été officiellement envoyée aux Administrations concernées qui l’ont accueillie avec beaucoup d’intérêt.

    En septembre 2013, la CoRPAR a été invitée par la DGT à participer aux Groupes de travail sur la surveillance radiologique des travailleurs, en vue d'élaborer un "livre blanc de la radioprotection des travailleurs. Tout au cours de l'année 2014, la CoRPAR a été représentée dans ces groupes de travail par dix personnes et a pu faire remonter les propositions issues des réseaux. 

  2. La coordination a fait en Octobre 2012 des propositions aux Administrations en vue de voir reconnu un rôle des réseaux dans le renouvellement de la certification des PCR. La Direction Générale du Travail, en accord avec l’ASN, a officiellement annoncée qu’elle était très favorable à cela. La participation à des journées scientifiques des réseaux deviendrait ainsi un élément du renouvellement. Cette évolution est en cours de négociation avec les organismes chargés de la certification des organismes de formation. Les réseaux pourraient alors, sous réserve de certaines contraintes de qualité et de suivi, passer des conventions avec des organismes certifiés et ainsi participer activement à la formation continue des PCR. L'année 2015 devrait voir se concrétiser cette officialisation du rôle des réseaux.

La CORPAR fonctionne en « sollicitant » les réseaux et leurs membres ; elle s’efforce donc de suivre une approche dite « bottom-up ». Ce processus permet de remonter les problèmes à résoudre 

La CORPAR donne mandat à certaines personnes pour représenter les réseaux dans des Groupes de Travail organisés par des institutions nationales (en particulier des Autorités) sur des propositions discutées dans les réseaux.